Congrès Miséricorde France

Congrès Miséricorde France

> Actualités > Le fil d'actualité > Dieu de Miséricorde et de tendresseTémoignage de Marie << Retour

Le fil d'actualitéLe billet du moisLes visages de la MiséricordeDans l'église

Dieu de Miséricorde et de tendresse
Témoignage de Marie


Mon expérience personnelle me permet d'affirmer avec force la miséricorde de Dieu.


Je m'appelle Marie et je réside à Paris. Je suis membre des Petites Ames, en France. Les petites Âmes se réunissent  par petits groupes, une fois par mois, pour prier, méditer et approfondir ensemble l'Amour miséricordieux de Dieu à partir de l'Evangile… afin de devenir des témoins de l'Amour Miséricordieux.

En perdant la vue à l'âge de 9 ans, la vie ne m'a pas fait de cadeau. Dans mon village natal (Cameroun), j'étais devenue la risée d'un grand nombre et certains n'hésitaient pas à me surnommer l'aveugle. « Heureusement qu'elle en a d'autres » disait-on en parlant de ma mère. Les mères allaient même jusqu'à interdire à leur progéniture de m'approcher de peur que celle-ci soit contaminée par ma cécité, tandis que d'autres infligeaient des corrections sévères à leurs fillettes lorsque celles-ci se hasardaient à me guider sur le chemin conduisant au ruisseau. Mais l'innocence des enfants prenait le dessus puisqu'elles ne m'abandonnaient pas et continuaient de me côtoyer à l'insu des adultes, ne comprenant pas ce qui m'arrivait et moi non plus d'ailleurs.

Mes proches étaient décontenancés, car je me cognais en permanence (tel n'est plus le cas aujourd'hui !). Ma mère se mettait souvent en colère, lorsqu'elle me trouvait en train de faire frire les beignets mais c'était plus fort que moi, dès qu'elle s'absentait durablement, je recommençais à cuisiner. Fort heureusement, un prêtre français venu nous visiter lui conseilla de me laisser agir comme avant ma cécité. Elle acquiesça et dit : «  mon Père, lorsque cette petite est née, mon époux et moi avons décidé de lui donner le prénom de Marie parce que la Vierge Marie est notre vraie Mère.  »

Mais le Bon Dieu n'avait pas dit son dernier mot. En effet, le Seigneur me confia aux mains de ses serviteurs, par une suite d'événements providentiels dont lui seul, créateur de toute chose, détient le secret. C'est ainsi qu'en 1970, le regretté cardinal Paul-Emile Léger (paix à son âme) me conduisit personnellement en France et me confia aux sœurs aveugles de Saint-Paul, si dévouées et si charitables à mon égard. Malgré le retard pris sur le plan scolaire en raison de mon handicap, je pus réaliser ainsi des études primaires, secondaires, universitaires, couronnées par un troisième cycle en droit international public à la Sorbonne.

Toutefois, si tout se passe relativement bien jusqu'en Terminale, tel ne fut pas le cas  pour le cursus universitaire. A l'époque, aucune assistance, aucune structure n'était prévue pour assurer le bon déroulement des études des personnes atteintes d'un handicap. Je devais largement solliciter ma mémoire et être assidue aux cours en les enregistrant sur cassettes. Ce fut dur. Mais j'avais la ferme volonté de m'en sortir, étant donné que je ne souhaitais aucunement devenir une éternelle assistée. Le Dieu de Miséricorde et de tendresse me consola une fois de plus. Autrement dit, Dieu ne délaisse pas ceux qui l'invoquent en vérité, et qui mettent leur confiance en Lui. C'est cette confiance en Dieu qui me fait vivre et qui m'a permis de réussir le concours à l'issue duquel je suis devenue fonctionnaire de l’administration centrale de l'Etat, en poste au Ministère du travail et de l'emploi jusqu'à l'âge de la retraite.

A la lumière de l'Evangile, force est de souligner que les personnes de toutes origines et de toutes générations qui me viennent en aide de quelque manière que ce soit accomplissent la volonté de Dieu qui nous exhorte à aimer son prochain comme soi-même.  «  Ce que vous avez fait à l'un de ces petits, c'est à moi que vous l'avez fait  » (Evangile selon saint Mathieu, chapitre 25, verset 40).

Ma vie est jalonnée d'actes de miséricorde et de bienveillance. Comment aurais-je pu poursuivre des études sans  la solidarité estudiantine qui me poussait à donner le meilleur de moi-même ? Comment aurais-je pu m'en sortir sans la mobilisation de ceux et celles qui consacrèrent des heures sans compter à m'enregistrer des ouvrages et des documents divers, auxquels il faut ajouter ceux qui subvenaient à mes besoins matériels ?

Progressivement, l'Esprit Saint m'enseigne que je suis un petit instrument de la miséricorde. En effet, ma présence ouvre les cœurs et suscite tellement d'amour miséricordieux. Le Seigneur se glorifie à travers la canne d'aveugle qui m'aide à me diriger.

Canne aveugle

Ainsi, un soir, en allant à la messe, une dame me guide jusqu'en bas de l'escalier qui mène à l'église. En la remerciant, je lui demande son prénom et ajoute : «  je prierai pour vous  ». Quelques mois plus tard, alors que je me trouve dans un autre quartier de Paris, cette même personne vint vers moi, en me rappelant qu'elle m'avait rencontrée lorsque j'allais à la messe à tel endroit. Elle me dit : «  grâce à vous, je suis retournée à l'église que je ne fréquentais plus depuis longtemps à cause des tristes événements qui m'ont accablée. Merci pour votre courage  ».

Un autre jour, une dame m'aide à emprunter un escalier mécanique ; en la remerciant, je lui faits un compliment sur le parfum qu'elle porte, ce qui occasionne un échange. Soudain, elle me serre dans ses bras et me dit : «  qu'est-ce que vous êtes gentille !  ». Puis, elle sanglote et me confie qu'elle venait de perdre son époux et que son entourage, plutôt que de la soutenir, la juge peu courageuse.

Une autre fois, je me trouve dans une station de métro inconnue ; j'écoute les pas des passagers pour m'orienter vers la sortie. Soudain, un homme me demande : «  que cherchez-vous  ?  » «  La sortie ». Il me guide et l'on échange sur le temps qu'il fait. Il me dit soudain : «  c'est étonnant, vous êtes souriante malgré vos soucis de vue  ». «  Vous savez, chacun porte sa croix, visible ou invisible  ». «  Pardon ? ». Pensant alors que le terme «  croix  » ne lui est pas familier, je reprends : «  dans ce monde, chacun porte son fardeau, visible ou non  ». Le monsieur me tapote l'épaule, me confie qu'il est séropositif et qu'effectivement, cela ne se voit pas mais pourtant il souffre moralement. Finalement, il me conduit dans le service administratif où je me devais me rendre et dit aux agents : «  prenez bien soin d'elle  ». Nous échangeons une poignée de main dans une compassion réciproque.

J'observe que les actes de compassion que bon nombre de personnes exercent à mon égard se transforment souvent en actes de compassion réciproques. En conséquence, aucune vie n'est inutile. Mon handicap ne m'empêche pas d'aimer mon Dieu et de le placer au centre de ma vie avec une confiance aveugle ! Ma présence régulière au milieu des chrétiens les encourage, ravive leur foi et fortifie leur espérance m'ont dit bien des personnes. Je prie pour l'Eglise, les âmes du purgatoire, les agonisants, les malades, les personnes en difficulté, et pour les intentions particulières qui me sont confiées, y compris par des personnes qui ne fréquentent pas l'Eglise.

Gloire à Dieu, si ma condition peut permettre à ceux qui désespèrent de se relever. Gloire à Dieu qui nous donne la force et la joie d'aimer la vie quelles que soient les difficultés rencontrées au cours de notre existence terrestre. Cette force, nous la puisons dans la prière, unie à celle de la Vierge Marie, en ouvrant notre cœur à l'Esprit Saint Consolateur, qui panse les blessures intérieures dans l'Adoration Eucharistique, dans la participation au Saint Sacrifice de la Messe (quotidienne lorsqu'on peut), dans le Sacrement de Réconciliation et dans le partage avec les autres fidèles, dans l'amitié fraternelle.

Toute vie est utile, Dieu aime tous Ses enfants. Dès lors, je proclame que Dieu aime quelle que soit notre condition, malade, infirme, les pécheurs comme les justes (n'importe comment, seul Dieu est juste). Tous nos noms sont inscrits non seulement dans les cieux mais encore il appelle chacun par son prénom. Il nous appartient donc à notre tour d'aimer ce Dieu, qui nous a tout donné. Ne nous perdons pas dans des faux dieux qui envahissent notre continent car le Christ est l'ultime Porte qui conduit au Royaume de joie sans fin et qui ne ternit pas. Il est urgent pour nous qui avons la grâce et la joie de le connaître de le faire découvrir à notre tour jusqu'aux extrémités de la Terre.

Sans méconnaître les difficultés et les frustrations liées à la situation du handicap, il est fondamental de relativiser notre condition, en pensant à ceux qui vivent des situations plus critiques, et d'éviter de se replier sur soi, dans la rancune et la mauvaise humeur, comme s'il s'agissait d'une faute imputable à quiconque ou encore croire que notre sort relève d'un châtiment infligé par Dieu lui-même.

C'est ainsi qu'un homme qui vient de m'aider à traverser une rue, voyant que je me dirige vers l'église, est scandalisé : «  vous allez encore là-dedans avec tout ce qu'il vous a fait  ?  » s'exclame-t-il ! Je lui fais un large sourire de remerciement, en lui souhaitant une bonne journée.  Bien entendu, ma cécité ne résulte pas d'une punition de la part du Seigneur. Au contraire, Dieu de tendresse et de miséricorde me protège et veille sur moi, à la maison comme à l'extérieur. Je sillonne la ville de Paris du nord au sud, d'est en ouest, sans souci, malgré les obstacles qui meublent les trottoirs. Un jour, je  me rends chez un médecin pour la première fois. Constatant que je suis  non voyante, il m'interroge : « Avez-vous eu du mal à trouver ?  ».sans réfléchir, je lui réponds : « Le Seigneur m'a aidée » « Moi aussi, je crois en Dieu, mais vous n'allez quand même pas me dire que c'est Lui qui vous lit les panneaux ? » grommelle-t-il. « Certes, Il ne me lit pas les panneaux, mais Il envoie toujours quelqu'un en temps utile pour le faire ».

J'expérimente concrètement la bonté du Seigneur dans la vie de tous les jours, et je souhaite vivement que chacun discerne et expérimente ce surcroît d'Amour miséricordieux que Dieu déverse sur nous. La plupart des personnes qui sont devenues des amis ont commencé par me venir en aide et ce n'est qu'ensuite que des liens d'amitié se sont instaurés. En un mot, j'aime la vie.

Dernières Actualités
Vidéos

02:09
La Miséricorde
Un voyage du Coeur aux mains

15:26
Que chaque chrétien soit un livre ouvert pour que la Parole de Dieu poursuive sa course
Homélie du cardinal Philippe Barbarin – 28 juin 2020 – Fête de Saint Irénée – Diocèse de Lyon

04:50
Mgr Albert-Marie de Monléon 2 mars 2016
L'effet "papillon" de la Miséricorde

2:27
Congrès Miséricorde Lourdes 2015
Flash mob Joie de la Miséricorde
Lourdes 21 août 2015
Musique : Sa Miséricorde par Glorious

2:27
Congrès Miséricorde Lourdes 2015
Flash mob Joie de la Miséricorde
Lourdes 21 août 2015
Musique : Sa Miséricorde par Glorious

04:50
Mgr Albert-Marie de Monléon 2 mars 2016
L'effet "papillon" de la Miséricorde

1:41
Congrès Miséricorde Lourdes 2015
La joie de la Miséricorde
Lourdes 21-23 août 2015
Teaser du congrès national

11:04
Visages et Congrès de la Miséricorde
Présentation en 4 langues : français, anglais, espagnol, italien

02:01
Messe d'action de grâce – 1er octobre 2017
La Miséricorde du Seigneur, à jamais je la chanterai

02:40
Cardinal Jean-Pierre Ricard
Dieu nous invite à venir à sa suite et à sortir avec lui
5e congrès national de la Miséricorde Pian-Médoc – 2 juillet 2017

01:05
Miséricorde - Lâcher de ballons
5e congrès national de la Miséricorde Pian-Médoc – 2 juillet 2017

2:31
Congrès Miséricorde Le Plan Médoc 2017
La Miséricorde aux périphéries
Le Plan Médoc 2 juillet 2017
Teaser du congrès national

10:09
Temoignage Soeur Marie Simon Pierre (extrait) 22 octobre 2016
Veillée Miséricorde en la fête Saint Jean-Paul II

11:04
Visages et Congrès de la Miséricorde
Présentation en 4 langues : français, anglais, espagnol, italien

4:45
Heureux les miséricordieux
Hymne des JMJ Cracovie 2016

01:30:56
Rencontres des Ternes 2 décembre 2015
La Miséricorde peut-elle transformer l'Histoire ?

12:02
Congrès Miséricorde Lourdes 2015
Témoignage de Corinne Caumartin
Responsable du Relais Saint-Martin

54:30
Congrès Miséricorde Lourdes 2015
Conférence Cardinal Philippe Barbarin
Lourdes 22 août 2015
Intégrale

8:06
Jean-Paul II
La Divine Miséricorde
Une magnifique vidéo :
''Karol Wojtyla''